Logo webanalytics Google Analytics

8 étapes clés pour améliorer votre site internet avec l’analytics

La clé pour améliorer votre site web, c’est de vous intéresser à ce qui se passe dessus :

  • la provenance de vos visiteurs et pourquoi ils arrivent chez vous
  • les pages que voient vos visiteurs,
  • les pages par lesquelles ils s’en vont, et pourquoi
  • etc.

Pour faire ça, vous devez vous intéresser aux données et statistiques disponibles pour votre site web. Le plus simple, c’est d’utiliser un logiciel comme Google Analytics.

Le problème, c’est que si j’écris « analytics », la plupart des lecteurs a déjà fermé la page car c’est un gros mot.

Mais si vous lisez encore ces lignes, et si vous avez un site web, c’est que vous avez compris qu’il y a ici une clé qui peut vous aider à ouvrir la porte à de meilleurs résultats.

Et vous allez voir, ce n’est pas aussi compliqué que vous le pensez.

L’objectif :

Le but, c’est que vous multipliez par 2, 3, 5 ou même plus le nombre de visiteurs auxquels vous vendez vos services via votre site ou qu’il y ait beaucoup plus de visiteurs qui vous laissent leurs coordonnées et vous contactent.

Il y a des trucs et astuces à connaître et bien sûr des erreurs à ne pas commettre avec Google Analytics.

Etape 1 : installez Google Analytics

Le premier truc, qui est peut-être très bête, mais c’est de l’installer. Le vrai problème, c’est qu’avant de l’avoir installé, on n’a rien, pas une statistique.

Il y a un avant et après.

Si vous voulez avoir des infos, des statistiques sur vos visites, commencez par installer le logiciel.

Etape 2 : filtrez votre adresse IP

Une fois que vous l’avez installé, il faut supprimer votre adresse IP pour ne pas prendre en compte vos propres visites.

Sinon, vous allez biaiser l’ensemble de vos statistiques.

Faites-le donc tout de suite ou vous verrez qu’il y a un visiteur qui reste 40 minutes sur le site. Mais ce sera vous…

Etape 3 : Fixez un objectif

Aujourd’hui, on a un objectif d’activité, un objectif de business, typiquement ça peut être de vendre, ou que les gens, au final, cliquent sur un bouton.

Cet objectif de business, il faut que vous le traduisiez en objectif analytique à paramétrer dans l’administration de Google Analytics.

Il y’a plusieurs types d’objectifs, le plus simple étant de considérer que le visiteur a atteint une certaine page : « un visiteur qui arrive là, ça veut dire que c’est valide ».  C’est peut-être la page de remerciement suite à l’inscription dans un formulaire par exemple.

C’est la chose la plus importante à faire parce que tout ce que vous allez analyser, ce sera au regard de cet objectif .

C’est extrêmement difficile de trouver le bon objectif. Si vous demandez à plusieurs personnes qui gèrent un site l’objectif numéro un, l’objectif principal du site, on aura autant de réponses différentes que de personnes à qui la question est posée.

Le plus simple c’est donc la page de remerciement post-commande parce que c’est là où on est sûr d’avoir tous les gens qui ont commandé « normalement ».

Il y’a d’autres possibilités, on peut rajouter un clic sur le bouton, etc. mais ça demande parfois plus de configuration, donc on va dire que c’est la page de remerciement. Il faut surtout que ce soit une page où la seule manière d’y arriver c’est de passer par le bouton d’achat.

Etape 4 : pratiquez Google Analytics

Google Analytics, et l’Analytics en général, c’est comme une langue étrangère.

On peut l’avoir apprise en 6ème, puis on a tout oublié. Mais une langue étrangère, si on veut que ça serve, il ne faut pas vouloir parler parfaitement, il ne faut pas vouloir maitriser parfaitement la grammaire, mais par contre, il faut pratiquer.

Le bonheur de parler anglais, espagnol, allemand, chinois ou arabe, c’est de pouvoir pratiquer, de converser avec quelqu’un.

Donc ça veut dire que le truc à faire avec Google Analytics c’est d’aller s’amuser avec, d’aller dans les menus.

D’aller essayer de comprendre à quoi ça correspond.

D’aller jouer, d’aller regarder le menu du sous-menu du sous-menu, parce que Google Analytics est assez fort là-dedans.

Le risque c’est d’aller se perdre, mais cela permet d’identifier les points essentiels à regarder, et c’est par là qu’il faut commencer.

Etape 5 : bouchez les trous de votre site

Votre site c’est un peu comme une passoire, c’est-à-dire qu’il y a des gens qui arrivent, mais il y’a des trous partout car les visiteurs peuvent partir par pleins d’endroits.

Le but ça va être d’aller boucher ces trous-là.

Donc le premier truc que je conseille c’est simplement d’aller regarder le rapport Google Analytics qui s’appelle « Pages de Destination ». C’est toutes les pages sur lesquelles les visiteurs arrivent, puisque les gens n’arrivent évidemment pas que sur la homepage.

Dans ce rapport, identifiez les pages qui ont, en comparaison à la moyenne du site, un taux de rebond qui est mauvais.

On va commencer par ces pages-là, parce que souvent on va s’apercevoir, généralement, que 20% des pages créent 80% des problèmes des gens qui partent, comme souvent 20% des pages c’est là où on a 80% de notre trafic.

Commencer par regarder ces pages, et d’aller sur ces pages-là et de dire : « Pourquoi est-ce que les gens s’en vont quand ils arrivent sur ces pages ? ».

La question c’est de dire : « Est-ce qu’ils ont leur réponse à leur question ? », « Est-ce que la page, potentiellement, est moche, parce que c’est un problème créatif, ou d’ergonomie, etc ? »

C’est l’un des points les plus difficiles. C’est de finalement aller lire dans les pensées de ses visiteurs et de comprendre pourquoi ils sont arrivés là, comment, etc. mais c’est un des points essentiels, parce que plus vous arriverez à diminuer le nombre de trous dans la passoire, plus ça sera simple pour ensuite concentrer le jus, le flux, vers l’objectif du site, et donc vers la conversion.

Etape 6 : vérifiez le ROI de vos actions d’acquisition

Essayez ensuite de tracker tous les liens qui vous apportent du trafic pour savoir d’où viennent vos prospects, pour pouvoir justement ouvrir votre entonnoir de conversion.

Vous allez pouvoir tout vérifier au regard de l’objectif analytique que vous avez fixé.

Le point essentiel à ce moment-là, c’est de vous dire : « Je fais des efforts d’acquisition de trafic, j’envoie des emails, je dépense potentiellement un budget sur AdWords, j’ai une page Facebook, j’ai écrit des articles sur d’autres sites, est-ce que ça me ramène du monde ? »

Et donc d’aller classer vos efforts…  De mesurer combien ça vous ramène de visiteurs. Et de savoir si ces visiteurs commandent ou s’inscrivent ?

Comme vous avez l’objectif de la commande, vous pouvez regarder, au regard de cet objectif, quelles sont les sources de trafic qui vous rapportent de l’argent.

Google Analytics sert quand on prend des décisions avec, donc derrière il faut dire, bah, 20% de mes pages sont celles qui me rapportent 80% de mon business, je mets mes efforts absolument là-dessus et donc vraiment renforcer ce point-là.

Logo webanalytics Google Analytics

L’analytics au service de la performance de votre site internet

Etape 7 : testez l’A/B testing

L’idée derrière l’A/B testing, c’est de vous dire : « J’ai ma page actuelle, je vais en créer une variation de cette page-là avec un élément qui va être différenciant pour voir laquelle des deux variations  convertit le mieux au regard de l’objectif fixé. »

Par exemple, ce sont deux pages, l’une avec un bouton rouge et l’autre avec un bouton vert. Mes visiteurs vont dessus aléatoirement et je vois ce qui convertit le mieux.

Une fois que vous l’avez fait, l’idée c’est de recommencer en testant la version qui a le mieux fonctionné contre une nouvelle version (la version C en fait).

3 règles d’or de l’A/B testing

A savoir, il y a 5 règles d’or du testing et la première est de tester ce qui est le plus différenciant, et la couleur du bouton n’est pas obligatoirement le plus différenciant. Globalement, dans le plus différenciant, il y’a d’abord l’offre. Finalement, offrir une offre à abonnement ou offrir une vente ou un essai gratuit par exemple.

Il y a énormément de choses à tester mais c’est sur l’offre marketing que va se faire la plus grande différence en terme de pourcentage.

On a souvent envie de dire « Bah ça y’est, j’ai un produit, je le vends, et puis derrière j’essaye d’améliorer la couleur du bouton pour voir si je peux vendre plus ».

Oui on va vendre plus potentiellement, mais c’est minime par rapport au saut en terme de conversion qu’on peut faire en testant l’offre.

Et le deuxième point, une fois qu’on a testé l’offre et qu’on a fait A contre B, B contre C, B contre D parce que C marchait pas, D contre E, etc., et on peut vraiment tester longtemps, c’est en effet d’aller tester le titre.

C’est le titre qui est ensuite le point le plus différenciant. 50% de la lecture d’un article ou de l’ouverture d’un mail est dans le titre. Largement. Et c’est pareil pour une offre, ou pour une page ou pour une landing page, etc.

Ensuite seulement, on pourra aller tester les aspects cosmétiques pour savoir si c’est mieux avec un bouton vert, un bouton rouge, ou un peu de copyrighting à droite à gauche.

Quel outil pour faire de l’A/B testing ?

L’A/B testing, vous pouvez en faire avec Google Analytics. Ca s’appelle Google Tests ou Google Experiments. Avant, c’était un outil à part qui se nommait Google Website Optimizer.

La grosse difficulté de Google Analytics Test, c’est qu’il faut absolument à chaque fois faire toute la version complète de la page de base et de la variation.

Si vous avez un site, vous devez créer une deuxième page avec une deuxième URL, qui va vous permettre d’avoir vraiment les deux versions.

Comme ça peut vite devenir pesant ou technique, il y a des outils bien plus simple et super puissants qui ont été créés : AB Tasty, Optimizely, Visual Website Optimizer

Il suffit de chercher « optimisation », « A/B Testing » ou « Split Testing » sur Google et vous trouverez de nombreuses solutions.

AB Tasty est un logiciel français qui fait ça très bien, Optimizely est un logiciel américain qui fait ça très bien aussi. Ce sont des offres souvent payantes mais derrière, c’est payant aussi par rapport au résultat qu’on peut obtenir.

Etape 8 : recommencez, ne vous arrêtez jamais

L’erreur serait de s’arrêter. Le conseil c’est de persévérer.

Il faut persévérer, et vous amuser avec les outils. Si on n’y prend pas du plaisir, ça va être très compliqué d’aller plus loin que : « Je l’ai mis à la sueur de mon front, j’ai regardé et puis, bah, au final j’ai abandonné parce que ça bougeait dans tous les sens, j’ai rien compris ».

Nous vous arrêtez pas là, c’est trop dommage.

Vous devez garder en tête que plus vous échouerez, plus vous aurez de chance de trouver la configuration idéale, celle qui fonctionne vraiment bien et qui va créer une révolution de business et pour votre manière de gérer votre site web.

Testez. Echouez vite. Apprenez et corrigez. Recommencez.

On ne fait pas de recette plus efficace.

 

Pour aller encore plus loin

On se retrouve sur Facebook

Je partage sur Facebook des conseils, des citations, des vidéos inédites sur le blog.
Cliquez sur J'AIME !