conor woodman adventure capitalist livre

The adventure capitalist – Conor Woodman

Les 7 meilleurs outils web

Hello !

En tant que coach expert en webmarketing, j’ai testé de nombreux outils et applications depuis plus de 15 ans. Certains sont devenus obsolètes, d'autres ont disparus, certains sont encore là.

Comme je sais que c'est difficile de choisir sans conseil, voici la liste des meilleurs outils que j’utilise en ce moment sur Internet.

Cliquez simplement sur les liens pour les découvrir :

  1. Déléguer la technique web à des spécialistes (top !)
  2. Création de site e-commerce
  3. Gestion optimisée en Dropshipping
  4. Création de tunnels de ventes
  5. Vente de formations en ligne
  6. Création de webinaires en direct et automatiques
  7. Auto-répondeur
  8. Meilleurs produits pour l'affiliation

Je vous souhaite beaucoup de réussite sur internet !
Amicalement,
Gaétan

PS: clique sur ce lien pour télécharger cette liste (format pdf)

Il faut l’avouer, au premier abord, le projet de Conor Woodman m’a semblé totalement fou.
Mais c’est seulement la dernière page tournée que je respire à nouveau.
Embarquez vous aussi dans un roman de business et d’aventure !

Synopsis

En 2004, Conor Woodman a 30 ans. Il travaille à Londres comme analyste financier et réalise soudain qu’il n’est pas à sa place. Un défi prend forme dans son esprit : aller confronter ses capacités de négociation et de vente avec celles les marchands des plus vieilles routes commerciales.

Il va sillonner une quinzaine de pays d’Afrique, d’Asie, d’Amérique du Sud pour acheter ici et revendre plus loin avec pour objectif de réaliser une plus value. Son objectif : partir avec 50000$ (issus de la vente de son appartement) et revenir avec le double.

Conor Woodman, the adventure capitalist. Marchand de chameaux.

Un voyage très enrichissant

Après un test réussi auprès des marchands de tapis des souks de Marrakech pour évaluer ses capacités de négociant, Conor suit une route qu’il trace au fur et à mesure en fonction des opportunités commerciales.

Son projet est glocal : il agit localement avec un schéma directeur global. Chaque achat ou vente est réalisé auprès de commerçants locaux,  le trajet et l’objectif final sont eux imaginés de manière mondiale, pays après pays, de continent en continent.

Concrètement, l’auteur se frotte aux marchés suivants :

  • les chameaux au Soudan pour les revendre en Egypte
  • le café de Zambie pour l’Afrique du Sud après 28h de road trip en camion
  • la sauce chilli à revendre en Inde
  • du vin sud-africain pour les chinois
  • les chevaux en Asie centrale
  • le Jade du Xinjiang (province au nord ouest de la chine) pour Taïwan
  • du thé chinois (du Oolong à 1500$ les 100g) pour des collectionneurs japonais
  • du poisson pêché de ses mains sur un chalutier, revendu sur le marché local au Japon
  • des planches de surf gonflables, produites en Chine et revendues au Mexique
  • la Tequila mexicaine écoulée à Rio de Janeiro
  • du teck brésilien certifié, vendu de retour en Angleterre

Le tout en 5 mois.
Le tout pour un profit de 50000$.
Pas mal…

Du point de vue entrepreneurial

Ce livre est un vrai roman d’aventure. Mais l’histoire est avant tout la confluence de disciplines de l’entrepreneuriat (vente, marketing, persuasion…) avec les thématiques passionnantes du voyage : rapports humains, découverte de l’étranger et de sa culture, etc…

En tant qu’entrepreuneur, on apprend aussi beaucoup des succès et surtout des erreurs de l’auteur.
J’en retire 7 points essentiels :

  1. Agissez, essayez
    Puis apprenez de vos erreurs.
  2. Ayez des objectifs, mesurez-les
    Canalisez votre énergie à leurs services.
  3. Ayez confiance en l’autre
    La confiance est le pilier d’un deal réussi – comme sur tout marché où se rencontrent offre et demande.
  4. Soyez heureux de toute réussie, même minuscule
    Conor gagne au final 1$ symbolique sur le deal qui l’a le plus éprouvé physiquement, la pêche. Mais il gagne – et ceci en plus de toute l’expérience acquise.
  5. N’oubliez pas de jouer
    « Il est facile d’être obsédé par le résultat et d’oublier la joie de la négociation« , le jeu fait partie intégrante du business et le rend plus fun.
  6. Racontez une histoire avec votre marque
    Faîtes rêver vos clients.
  7. Prenez des risques, osez
    Le retour sur investissement n’en sera que plus grand.

Un huitième point se découvre entre les lignes : identifiez qui peut vous aider, en quoi, et appuyez-vous sur votre réseau. Sans information, Conor Woodman n’aurait jamais pu identifier les acteurs clés de certains marchés ou évaluer à l’avance le prix de certains produits. Il est essentiel de bien se préparer et de trouver ses conseillers essentiels.

conor woodman adventure capitalist livre

/amazon-adventure-capitalist-woodman

 

Vidéos du périple

J’ai découvert par hasard lors d’une discussion avec une amie qu’un reportage a été diffusé l’autre jour à la télévision. Je n’ai pas retrouvé le reportage en question mais voici une vidéo en VO trouvée sur YouTube. En plusieurs épisodes, on suit Conor Woodman durant son voyage ce qui permet de mieux imaginer ses joies et ses difficultés.

Pour aller encore plus loin

On se retrouve sur Facebook

Je partage sur Facebook des conseils, des citations, des vidéos inédites sur le blog.
Cliquez sur J'AIME !

2 réponses
  1. Gab
    Gab dit :

    La vidéo du gars est excellente, tout comme ton article. Alors, pour répondre à ta question, ce que j’ai appris de mes négociations en voyage:
    – Il est essentiel de savoir compter dans la langue de négociation
    – Les meilleurs achats sont une subtile combinaison entre un acte émotionnel (on a envie du produit) et rationnel (ca a du sens de l’acheter à ce prix là)
    – Il est toujours bon de connaitre une petite phrase qui tue, du genre ‘Fil miche miche’ en Egypte 🙂

    Répondre
    • Gaétan - Randonneur du web
      Gaétan - Randonneur du web dit :

      C’est vrai que compter dans la langue locale aide beaucoup.
      Même si on ne connait pas tous les nombres.
      Je me souviens en Égypte essayant de négocier de 50 à 30 car je n’avais pas la moindre idée de la manière de dire 40 🙂

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.